•  

    Philippe Mouratoglou

    producteur, artiste

    Depuis les années soixante, les guitaristes courent les rues. Les guitaristes classiques de façon plus discrète, quoiqu’en nombre conséquent… Quant à ceux qui — partant d’une formation classique — se sont ouverts avec bonheur aux versions folk et électrique de l’instrument comme à l’abondante diversité de musiques qu’elles permettent de pratiquer, on les compte sur les doigts d’une main.

     

     Autant dire que Philippe Mouratoglou est un oiseau rare au pays des six-cordes, d’autant qu’il improvise aussi, et ajoute parfois à son instrument sa voix ou celle d’une soprano : Ariane Wohlhuter.

     

     Formé par Pablo Marquez, Wim Hoogewerf et Roland Dyens, Philippe Mouratoglou a vite éprouvé le besoin d’étendre sa palette expressive et son répertoire : de la Renaissance à la musique contemporaine en passant par la musique traditionnelle, du blues de Robert Johnson — revisité de façon personnelle et inspirée en compagnie des clarinettes de Jean-Marc Foltz et de la contrebasse de Bruno Chevillon — à un dialogue avec la guitare flamenca de Pedro Soler autour d’Isaac Albeniz. Rien d’étonnant, donc, à ce que son trio « So full of shapes… » joue aussi bien John Dowland que Benjamin Britten, ni à ce que son disque « O Gloriosa Domina » paru en 2005 couvre cinq siècles de musique.

     

     Rien d’étonnant, enfin, à ce que Philippe Mouratoglou ait invité Jean-Marc Foltz et le producteur Philippe Ghielmetti à créer Vision Fugitive, un nouveau label qui apporte une bouffée d’air frais dans un monde musical souvent bien cloisonné.

     

     

    Thierry Quénum

mouratoglou@visionfugitive.fr

  • Marie-Claude NOUY

    label management et promotion

    MC NOUY - My Music Enterprise

    01 73 74 00 45

    06 14 26 27 02

     

  • Jean-Marc Foltz

    producteur, artiste

    Etre né dans une région frontalière prédispose-t-il au décloisonnement des oreilles? Grandi entre répertoire symphonique, musique vocale et orchestres de swing,

    Jean-Marc Foltz négocie ensuite de fructueux zigzags, favorisé par une curiosité aiguisée et des rencontres opportunes qui font de lui un clarinettiste majeur et des plus atypiques en ce début de siècle. Rompu à l’interprétation classique, vite attiré par la musique contemporaine, il intègre dès 1988 les ensembles Accroche Note, Musikfabrik, InterContemporain ou United Instruments of Lucillin (France, Allemagne, Luxembourg : le tropisme transfrontalier ?) qui l’aident à creuser la relation instrumentiste-compositeur et à approfondir sa connaissance des langages.

    Ouvert à la diversité des « familles » du jazz, il noue à partir de 2000 de solides liens avec Claude Tchamitchian (Grand Lousadzak), Bill Carrothers (Armistice Band, Playday, To The Moon), Armand Angster et Sylvain Kassap (Trio de Clarinettes) et surtout Stéphan Oliva et Bruno Chevillon, complices et amis en duo ou trio…

    Polyglotte, Jean-Marc Foltz possède un « bagage » de voyageur insatiable. Raison de plus pour aller vers les musiciens traditionnels Araïk Bartikian et Keyvan Chemirani, le théâtre avec Hannah Schygulla, accompagner la harpiste Anja Linder, développer ses propres compositions ou imaginer avec Stéphan Oliva « Visions Fugitives », nouveau programme en duo …

    Suite logique de cette pratique des musiques vives: la création « en trio », à l’initiative de Philippe Mouratoglou et avec Philippe Ghielmetti, de Vision Fugitive, label ouvert et éclectique.

     

    Thierry Quénum

foltz@visionfugitive.fr

  •  

    Philippe Ghielmetti

     producteur, graphiste

    né le 6/10/1960

     scolarité passive. veut devenir dessinateur de bandes dessinées.

     1977 : publie “le crobard” (2 numéros) autour de travaux préliminaires d’auteurs de bande dessinées (tardi, bilal, moebius, etc. ainsi qu’un livre de dessins personnels de l’illustrateur jean solé.

    1978 : jette la bande dessinée aux orties en découvrant le versant graphique de l’exposition paris-berlin au centre pompidou.

     1979 : entre aux éditions futuropolis, maquettiste et responsable de production; collection copyright, agréable de loulou picasso, portfolios, elles sont de sortie; etienne robial: premier maître.

     1983  : maquettiste à new york dans le groupe m&co dirigé par tibor kalman: deuxième maître.

    1984/85 : re-futuropolis, collections x, futuropolice et hors serie.

     1986/87  : re-new york, free lance.

     janvier 1988  : création de sketch: des affiches de films pour mk2 (le dictateur, angela...); le graphisme et la typographie du fabuleux album d'amélie poulain, de un long dimanche de fiancailles et de l’album sur rené goscinny aux éditions les arènes; la direction artistique de livres et plaquettes promo pour l'agence tbwa; le gros livre sur l'image graphique de canal+; des plaquettes de prestige pour arte; des habillages télé et des génériques pour arte, des habillages de dvd et des jaquettes pour arte vidéo ainsi que leurs catalogues; des collections pour radio france; la collection molière par la comédie française pour france télévision; la direction artistique des éditions baleine (le poulpe...) et la conception des couvertures de toutes leurs collections; l'identité graphique du restaurant ze kitchen galerie, celle des éditions dargaud ainsi que leurs plaquettes promotionelles; les catalogues sur les avant-gardes du 20ème siècle de la librairie lecointre/drouet; les catalogues des expositions monographiques du cnbdi d’angoulême et les couvertures de leur collection patrimoniale; le graphisme d'expositions organisées par l'adpf pour le ministère des affaires étrangères sur balzac, la bande dessinée, berlioz, le sport et la littérature, le tour de france ou mallarmé ainsi que des catalogues et des portfolios sur la poésie contemporaine ou victor hugo; et des pochettes pour les disques sketch.

     

    sketch éditeur (dal tokyo de gary panter, photomatons pornographiques de bruno richard amy+jordan de marc beyer, fromage color & cestac color de charlie shlingo, la taverne des souvenirs imaginaires de golo)

    depuis 1999 sketch était aussi un label de jazz. 31 disques au catalogue, 234 303 ventes au total.

    2005: arrêt de sketch, devient freelance

     

    janvier 2006 / fin 2007: direction artistique de la maison d’édition «les humanoides associés»

     design pour les éditions des arènes de «les héros de budapest 1956», un récit écrit par phil casoar qui mélange l’Histoire et la photographie, le livre est très remarqué. Direction de la collection “new yorker” aux éditions de arènes.

     2007: designer pour les éditions “sunday press” à san francisco. remporte aux u.s.a. un eisner award et un harvey award pour “best publication design” pour le livre “little nemo” chez sunday press en 2009.

     depuis 2007: directeur artistique free lance pour les éditions dupuis (belgique). graphiste free lance

     pour des livres majeurs aux éditions skira, la martinière, flammarion, sunday press, tous mélangeant l’art et l’histoire.

     

     2012: rejoint philippe mouratoglou et jean-marc foltz pour la création du label “vision fugitive”. devient également directeur artistique des éditions “les échappés” (charlie hebdo)

     continue de produire occasionnellement depuis 2006 des disques sur son propre label “illusions”

     ainsi que sur le label immatériel “sans bruit”.

  • Emmanuel Guibert,

    illustrateur

      Après de courtes études à l'ENSAD, il commence un album retraçant la montée du nazisme en Allemagne dans les années trente, Brune, tout en exerçant comme illustrateur et story-boarder. L'album paraît en 1992, après sept ans de travail.

     

         Son apparition dans la revue Lapin et sa participation à l'atelier des Vosges, en compagnie de Frédéric Boilet, Émile Bravo, Fabrice Tarrin, Christophe Blain ou Joann Sfar, marquent une évolution de son style plus épuré au service de récit vécu. Style qu'il inaugure avec La Guerre d'Alan (prépublié dans Lapin) qui raconte les souvenirs d'Alan Ingram Cope, soldat américain de la Seconde Guerre mondiale installé en France, et qu'il poursuit avec Le Photographe d'après des entretiens avec Didier Lefèvre, parti en Afghanistan dans les années 1980.

     

       Parallèlement, il crée plusieurs séries, notamment Sardine de l'espace, Les Olives noires et La Fille du professeur avec Joann Sfar.

     

       En 2007, il est lauréat de la Villa Kujoyama. De cette récompense naîtra l'album Japonais en décembre 2008.

     

       En 2009, il obtient le « Grand Boum-Ville de Blois », prix décerné par le festival bd BOUM, pour l'ensemble de son œuvre.

ghielmetti@visionfugitive.fr

  • s'abonner à la newsletter